Plus près de Toi, Seigneur

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Plus près de Toi, Seigneur

Message  Ariana Anthea le Ven 14 Déc - 6:01

Nevers, 14 de novembre 1460

Elle pénétra dans la Cathédrale, lentement et en silence, se laissant imprégner de l'atmosphère si particulière à un lieu de recueillement. Depuis le début de leur périple, elle avait pris le temps, à chaque halte d'aller se recueillir, ne serait ce que quelques instants. Ce jour, elle avait besoin de plus. Elle avait besoin de cette sorte de communion qu'apporte parfois un long temps de prière. Le moment, où, vous n'êtes plus tout à fait là, mais près de celui que vous priez. Cet instant merveilleux où vous ressentez qu'Il vous écoute, vous comprend et vous prend sous sa protection.
Elle s'avança jusqu'à l'autel, prit place dans l'un des bas côtés afin de ne gêner personne, se mit à genoux et débuta sa prière dans un murmure.


Seigneur Très-Haut,
Aidez moi à surmonter mes doutes et mes craintes, pardonnez moi de n'être qu'une faible femme que l'amour aveugle, pardonnez moi d'accepter ce qu'aucune autre femme ne pourrait accepter, pardonnez la faiblesse de mon cœur incapable de renoncer à celui qui le fait vivre...


Les larmes roulent déjà le long de ses joues sans qu'elle n'y prenne vraiment garde, elle ferme les yeux et s'abimant dans sa longue litanie...

Seigneur Très-Haut,
Vous avez guidé ma vie jusqu'à ce jour, je vous conjure de ne pas m'abandonner même si je trébuche sur le chemin, même si je ne suis pas aussi vertueuse que Vous le souhaiteriez, même si parfois je vous déçois...
J'ai fait tout ce qu'il m'était possible afin de ramener une brebis égarée vers Vous, mais je ne sais si j'aurai encore la force de continuer ainsi. Je n'arrive pas à oublier son geste, il me hante et me terrifie. Seul le fait de savoir, que Vous lui avez pardonné et que cette jeune fille est désormais en paix près de Vous, pourrait apaiser mes inquiétudes et soulager mon sentiment de culpabilité.
J'éprouve tant de peine pour elle, j'aimerais pouvoir lui dire combien il regrette ses actes, mais il est bien trop tard...Tout cela remonte à tant d'années déjà, bien plus que celles que j'ai...


Les sanglots silencieux se sont ajoutés aux larmes, et elle reste tête basse plusieurs minutes avant de pouvoir enfin poursuivre...

Seigneur Très-Haut,
J'accepterai Votre jugement comme je l'ai toujours fait. Ayez seulement pitié du pauvre enfant que je porte, ne lui faites pas payer les égarements de ses parents, protégez mes deux ainés qui Vous aiment et Vous respectent comme leur Père. Si Vous décidez de punir leur pauvre mère, daignez prendre patience, juste quelques mois encore...juste le temps que je le vois et l'embrasse, ensuite je Vous suivrai là où Vous jugerez bon de m'envoyer...Près de Vous, ou non...


Elle pleure toujours, mais elle sait que sa prière n'a pas été vaine, qu'Il l'a entendue. Une douce chaleur emplit son cœur et soulage son âme. Le message qu'Il veut lui faire connaitre, elle ne le sait. Personne ne peut connaitre les desseins du Très-Haut. Cependant, elle pense comprendre qu'Il ne souhaite aucun mal à l'enfant, pas cette fois...Cette simple impression la soulage d'un fardeau. Elle avait déjà failli perdre sa fille et la vie en la mettant au monde, un autre enfant, lui, n'avait jamais vu le jour...elle n'aurait jamais pu supporter de perdre celui-là, elle l'aime déjà si tendrement...

Elle relève la tête, comme si elle pouvait voir le visage du Très-Haut devant elle et murmure un simple sourire sur les lèvres...

Merci, Vous êtes bon...
avatar
Ariana Anthea
Admin

Messages : 439
Date d'inscription : 16/06/2010

État de santé et de Compétance
Titre: Seigneur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Plus près de Toi, Seigneur

Message  Ariana Anthea le Ven 14 Déc - 6:04

Tours, 28 de novembre 1460

C'est d'un pas léger, malgré son état, qu'elle arpentait la cité depuis qu'ils étaient arrivés ! Son tendre époux lui avait fait la merveilleuse surprise de détourner quelque peu leur itinéraire afin de faire halte à Tours, et elle était dès lors dans un état de bonheur que rien n'aurait pu bouleverser.
Elle avait laissé tout le monde à l'auberge où ils avaient pris logement, et depuis elle déambulait, comme cherchant le souvenir d'un passé qui n'était pas le sien, un détail, un visage, un nom peut être, bref une trace de son défunt père et de sa vie ici.
Certes, il était parti de sa cité natale il y a fort longtemps, malgré cela, certains noms de rues ou ruelles lui parlaient. La tonalité des voix des gens du lieu tout autant, comme si elle retrouvait son enfance et tout ce que son père lui avait conté autrefois.

Demandant, à ceux qu'elle croisait, son chemin, elle quitta la cité proprement dite, c'est à dire les alentours du Castel pour longer une grande rue bordée de ci de là par des couvents lui dit-on, même si elle ne souhaita pas approfondir ces renseignements, ce n'est pas là ce qu'elle cherchait.
Enfin, l'enceinte de Chateauneuf se profilait, enfin il lui semblait apercevoir le but de sa visite, là même où le tombeau de Saint Martin se trouvait ! Elle sourit, et hâta le pas sans grand ménagement pour elle même. Elle touchait au but, ce but qu'elle n'aurait jamais cru atteindre un jour, rendre grâce à ce Saint qu'elle vénérait et marcher sur les traces de son père bien aimé !

Elle franchit l'enceinte, fut quelque peu bousculée par la populace qui cherchait à y entrer ou en sortir, mais ne cessa de sourire tout de même. La seule chose qui la fit s'arrêter, ce fut la grandeur de l'édifice où elle espérait pouvoir entrer...et la foule qui se pressait pour en faire autant. S'il est une chose qu'elle n'aurait jamais cru depuis son Languedoc, c'est que ce pèlerinage était si important, et visiblement, il l'était...Elle en resta éblouie, et émerveillée...Quoi qu'il en soit, elle prit place dans la longue cohorte de ceux qui attendaient afin de franchir la dernière barrière...l'entrée dans le saint sanctuaire...

Écoutant avec amusement les déboires des uns et des autres, elle patientait, jusqu'à ce que son attention soit attirée par l'échoppe d'un orfèvre. Celle-ci, finalement toute proche de la troupe des pèlerins, proposait des ex voto, des vases sacrés mais surtout des médailles représentants le Saint. Elle quitta la file, s'approcha un peu plus et prenant une des médailles réalisa qu'elles ressemblaient trait pour trait à celle que son père avait portée pendant des années, celle dont elle avait hérité, celle qui était désormais à son époux puisqu'elle lui en avait fait cadeau. Elle sortit quelques piécettes de son aumônière et en prit une pour elle. Les enfants étant sous la protection de Saint Valentin, ils n'en avaient pas besoin...

Elle retourna attendre, serrant l'image pieuse dans sa main, et lorsqu'enfin elle put pénétrer, ce fut comme si le temps s'arrêtait pour elle...Tout était si beau à l'intérieur, et malgré le bruit des uns et des autres, elle priait déjà. Sans s'être rendue compte du temps écoulé, elle fut devant le tombeau. Plus rien entre lui et elle, rien que la ferveur des croyants et les chants que certains avaient entonnés...
Elle tomba à genoux, avança lentement une main vers le dernier repos du Saint, puis y posa le front, souriant de joie et de gratitude pour le moment qui lui était permis de vivre.

Elle priait en silence depuis quelques instants, le front toujours contre la pierre lorsqu'elle sentit comme une brulure à ce même endroit, puis la brulure s'atténua et ce fut comme une chaleur qui se déversa en elle. Une fois déjà, elle avait eu cette sensation bien que l'intensité en fut différente. C'était à Nevers, en la Cathédrale, que le Très-Haut lui-même avait étendu sa main secourable sur elle. Elle était persuadée qu'à nouveau, on la prenait en pitié, qu'on l'assurait d'une protection que rien ni personne ne pourrait rompre. Elle ne pouvait se tromper, le ressenti était identique à une exception près...Elle recula un peu son front, regarda mieux le tombeau et la chasse contenant les restes du Saint qu'on pouvait apercevoir en dessous, puis se mit à pleurer en silence.
Elle avait donc bien compris le premier message, ils étaient pardonnés de leurs fautes, étaient reconnus comme enfants du Très-Haut, et marchaient bel et bien sur la voie de la Vertu...

Elle baisa le tombeau humblement, murmura un "merci" empli de gratitude puis réussi avec l'aide de celui qui attendait derrière elle à se relever. Elle remercia l'homme, l'assurant que ses larmes n'étaient que de joie, puis reprit la longue file des pardonnés qui se dirigeaient vers la sortie.
Une fois dehors, elle inspira à plein poumon en fermant les yeux. Elle était maintenant libre de toute crainte, assurée que leur choix était le bon, reconnaissante au Très-Haut et au Saint de leur miséricorde.
Elle repartit d'un pas plus lent vers l'auberge, il fallait qu'elle parle à son époux sans tarder et lui annoncer que tous leurs sacrifices n'avaient pas été vains...

avatar
Ariana Anthea
Admin

Messages : 439
Date d'inscription : 16/06/2010

État de santé et de Compétance
Titre: Seigneur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum